Prix d’une isolation phonique de plafond

0

Voisins du dessus bruyants, bruits de pas et aériens ou encore mauvaise isolation acoustique… les nuisances sonores vous gâchent la vie. Pourtant, il est possible de remédier à ce problème. La solution idéale serait d’isoler le plancher de votre voisin d’en haut. Mais lorsque cela n’est pas possible, réaliser l’isolation acoustique du plafond peut se révéler une bonne alternative… ou tout du moins un premiers pas pour retrouver une certaine tranquillité.

En effet, refaire l’isolation phonique du plafond permet d’atténuer les nuisances sonores et de retrouver un peu de calme chez soi. Mais pour une isolation performante, certaines règles doivent être respectées. Combien coûte une isolation phonique du plafond ? Quel est le prix d’un faux-plafond avec isolation ? Nos experts vous livrent tous les détails sur l’installation d’un faux-plafond isolant et son prix.

 

Nuisances sonores par le plafond

Les nuisances sonores peuvent vraiment vous rendre la vie impossible. Il suffit que votre logement soit mal isolé pour que la tranquillité fuie votre intérieur douillet. Vous subissez alors les bruits en provenance de vos voisins du dessus, même si ceux-ci ne sont pas spécialement bruyants comme les bruits de pas, de chocs quand quelque chose tombe ou encore de meubles que l’on tire comme les chaises.

Vous pouvez aussi subir des nuisances quand votre logement est en-dessous de voisins bruyants. Chaîne hi-fi à fond ou encore cris, ou voisin en perpétuels travaux sont quelques exemples de ce que vous pouvez subir au quotidien. Car toutes sortes de bruits sont véhiculés par un plafond et des murs mal isolés.

Par ailleurs, vous pouvez aussi avoir comme bruits de fond le décollage et l’atterrissage des avions si vous habitez à proximité d’un aéroport ou le bruit tout aussi assourdissant des voitures si une voie rapide se trouve à proximité de vos fenêtres.

Bref, les bruits aériens ou solidiens sont partout et peuvent provenir de multiples sources pour pénétrer par votre plafond. Avant de commencer des travaux d’isolation, il est important de comprendre comment se propage le bruit.

 

Principe de propagation du bruit par le plafond

Votre plafond doit être correctement isolé pour éviter les bruits de toute sorte. Voilà comment le bruit se propage. En fait, il faut savoir qu’il existe deux sortes de bruits :

  • Les bruits aériens : voix, télévision ou encore musique.
  • Les bruits solidiens : choc, coup de marteau, bruit de pas, de talon, traînement des meubles, …

Ces bruits, qu’ils soient aériens ou solidiens, se propagent par les vibrations dans l’air. En effet, chaque son comme chaque choc émet des vibrations que le plafond va absorber pour relâcher ensuite. Le but de l’isolation est que l’absorption du bruit soit retenue en grande partie dans le plafond et qu’une infime partie soit relâchée.

Les bruits solidiens sont difficiles à éliminer car ils passent par la structure du bâtiment, le plafond et les murs. Il convient d’isoler le sol du voisin pour obtenir de bons résultats. Au contraire, les bruits aériens ont souvent comme origine un pont phonique, c’est-à-dire un passage d’air dans votre plafond ou votre mur. Il convient alors d’isoler le plafond pour empêcher l’air de passer et atténuer fortement ces bruits de voix par exemple.

Il faut savoir que ces nuisances sonores sont plutôt réservées aux immeubles anciens. En effet, les normes en matière de constructions neuves, à savoir – 30 décibels pour une zone normale, et – 45 décibels pour une zone fortement exposée au bruit, permettent de limiter les désagréments. Par contre, il n’y a pas de normes en rénovation phonique, sauf dans les zones particulièrement exposées au bruit depuis le 1er juillet 2017.

 

Travaux pour améliorer l’isolation phonique du plafond

La meilleure isolation phonique d’un plafond serait de pouvoir isoler le plancher du voisin du dessus. Une moquette bien épaisse ou un parquet flottant avec un isolant résiliant permettraient déjà d’atténuer grandement les bruits.

Mais si vos voisins du dessus n’ont pas envie de réaliser de travaux, il ne vous reste plus qu’à isoler votre plafond. Et dans ce cas, plusieurs solutions existent. Après avoir identifié l’origine des bruits, il ne vous reste plus qu’à choisir la méthode qui vous correspond le mieux.

Méthodes d’isolation possibles pour un plafond

Le principe de l’isolation est de constituer une boîte acoustique afin d’amortir les bruits extérieurs, quelle que soit leur nature. Pour cela, il faut réaliser un faux plafond acoustique. Et pour effectuer cette opération, deux méthodes sont à votre disposition :

  • Le faux plafond collé : il s’agit en fait de coller des plaques d’isolant au plafond afin de limiter les bruits. Cette solution est la moins chère, mais aussi la moins performante. Elle va contenir les bruits internes au logement comme les voisins bruyants, mais ne limitera pas les bruits en provenance de l’extérieur. Il faudra se renseigner sur l’épaisseur nécessaire de l’isolant en fonction de votre besoin.
  • Le faux plafond autoportant : c’est la solution la plus performante. En désolidarisant le plafond du faux plafond, les vibrations restent coincées dans l’espace entre les deux. Votre logement redevient calme et paisible. C’est une méthode qui demande quand même un certain savoir-faire, car il faut particulièrement faire attention aux endroits délicats comme un coffre de store roulant. Un manque à cet endroit et le bruit pourra continuer à se propager chez vous.

Si vous avez comme projet d’isoler phoniquement votre plafond, il est indispensable de choisir la technique du faux plafond autoportant. En effet, la structure autoportante consiste à fixer le plafond aux murs de la pièce et non à le suspendre via des suspentes fixées au plafond. Par conséquent, les bruits solidiens ne seront pas transmis du plafond au faux plafond.

faux plafond autoportant

Le faux plafond autoportant permet de poser un faux plafond en le fixant aux murs. Ainsi, le faux plafond est désolidarisé du plafond.

 

Ne pas encastrer de spots dans un faux plafond phonique

Il convient de ne pas faire de trous dans votre futur faux plafond. Ce qui comprend les trous pour encastrer des luminaires et les trous pour insérer des chevilles afin de fixer les éléments. Une plaque de placo intacte sera ainsi parfaitement étanche au passage de l’air et aux sons véhiculés.

Il est donc fortement déconseillé d’intégrer des spots dans un faux plafond phonique. L’encastrement des spots nécessite de faire des trous d’un important diamètre qui vont créer des ponts phoniques importants malgré la présence de cloches et de l’isolant. Il faut préférer la pose d’applique murale.

Quel isolant choisir pour le plafond ?

Il faut savoir que le choix de l’isolant repose avant tout sur le confort acoustique que vous recherchez. Pour choisir votre isolant, il faudra vous intéresser à Sabine. Non, Sabine n’est pas le prénom de votre voisine, mais le nom du coefficient d’absorption acoustique. Il est compris entre 0 et 1, 1 étant la performance optimale. Les sons sont répartis par octave, à savoir, bas, aiguë et grave.

Là encore, il faudra savoir à quel son vous avez affaire pour choisir votre isolant. En effet :

  • Un isolant fibreux comme la laine minérale est parfait pour absorber les fréquences élevées.
  • Un isolant poreux comme un isolant en plaque est adapté aux fréquences moyennes.
  • Un isolant à membranes est conseillé pour les fréquences basses.

Généralement, les professionnels installent des rouleaux de laine de roche ou de laine minérale ayant un bon coefficient d’absorption. Il faut une épaisseur d’isolant de 100 mm minimum pour espérer obtenir des gains.

choisir isolant phonique plafond

Choisir un isolant pour l’isolation phonique de votre faux plafond. Vous pouvez poser un isolant type laine minérale : laine de roche Rockwood, de verre, ouate de cellulose, …

Toutefois, il n’est pas nécessaire d’aller au-delà de cette épaisseur. Pour ne pas perdre en hauteur sous plafond, les experts préconisent la méthode double peau qui consiste à monter deux plaques de BA13 ou de placo phonique l’une sur l’autre. Il s’agit donc de doubler l’épaisseur du placo, ce qui ajoute seulement 13 mm d’épaisseur !

 

Coût pour isoler phoniquement un plafond

L’isolation phonique d’un plafond demande les soins d’un professionnel afin d’être posée dans les meilleures conditions. En effet, il suffit qu’un endroit du plafond soit mal isolé pour que le bruit continu à envahir votre intérieur. Comme pour tous travaux, l’isolation phonique a un coût. Nos pros vous détaillent le prix au m² d’une isolation acoustique et le tarif du professionnel qui saura poser votre isolant.

Quel professionnel contacter pour faire un plafond phonique ?

Pour réaliser votre isolation de plafond, vous pouvez vous adresser à un acousticien ou un plaquiste certifié RGE. Il saura vous conseiller sur l’isolant à poser et sur la technique à adopter. L’important étant qu’il ait des connaissances dans la mise en place d’isolation phonique. Son tarif moyen oscille entre 30 et 60 € le m².

Pour autant, ce tarif de pose peut varier en fonction de la difficulté du chantier, de la méthode choisie, de la surface à isoler. Des facteurs comme votre zone géographique et le choix du professionnel peuvent aussi avoir une incidence sur le prix.

Prix au m2 d’une isolation de plafond selon les méthodes et isolants

Pour vous donner une idée plus précise de ce que peut coûter l’isolation de votre plafond, voici les prix moyens constatés selon les méthodes et isolants choisis.

Prix au m² en fonction de l’isolant :

    • Polystyrène expansé : 10 euros le m2.
    • Polystyrène extrudé : 15 à 20 euros le m2.
    • Polyuréthane : 20 euros le m2.
    • Laine de verre : De 3,50 à 8 euros le m2.
    • Laine de roche : 5 à 10 euros le m2.
    • Fibres de lin : 15 à 17 euros le m2.
    • Fibre de bois : 12 à 20 euros le m².
    • Cellulose : 20 euros le m2.
    • Liège expansé en dalles : De 10 à 30 euros le m2 selon l’épaisseur et la densité.
    • Perlite : 190 euros le m3.

Prix au m² selon la méthode :

La méthode de réalisation de votre faux plafond va impacter directement l’étendue et la complexité des travaux. Voici les tarifs pratiqués par méthode :

    • Faux plafond suspendu :
      • De 15 €/m² à 40 € le m² pour un faux plafond suspendu en plâtre.
      • De 15 €/m² à 80 € le m² pour un faux plafond suspendu en bois.
      • De 20 €/m² à 60 € le m² pour un plafond suspendu en PVC.
    • Faux plafond collé :
      • À partir de 15 € le m².

 

Exemple devis pose d’un faux plafond phonique de 10m²

Pour la création d’un faux plafond phonique autoportant d’une surface de 10m², il faut compter 2400€ TTC. Ce prix comprend la totalité des travaux pour le faux plafond mais aussi pour la reprise d’un dressing en hauteur avec portes coulissantes sur rail ainsi que la mise en peinture du plafond et des murs. De plus, le professionnel a posé un plafonnier de type spot.

Voici le devis signé pour la pose d’un faux plafond autoportant avec isolation phonique de 10m² :

devis faux plafond phonique

Exemple de devis pour un faux plafond phonique de 10m² pour un montant de 2400€.

Le chantier dure en moyenne 2 semaines. En effet, certaines opérations nécessitent un temps de séchage important. C’est le cas de l’enduit ou de la peinture. De plus, le professionnel doit poser les bandes placo et poncer l’enduit pour obtenir un support parfaitement lisse.

Le prix de ce chantier est élevé mais l’ampleur des travaux est importante et il exige une véritable technicité. Il faut privilégier un professionnel expert des faux plafonds et de l’isolation. Malgré un coût plus élevé, le résultat est au rendez-vous !

Vous pouvez également demander des devis pour votre projet de faux plafond phonique. C’est l’assurance de trouver un professionnel du bâtiment qualifié et de comparer les devis pour signer au meilleur prix :

DEVIS GRATUIT
Partager sur :

Infos de l'auteur

Si nombreux que soient les travaux finis, ceux qui restent à faire sont plus nombreux.

Les commentaires sont fermés.